guide de dressage pour chien

Partie 15 : Récompense

NE CONFONDEZ PAS RECOMPENSE ET SIGNE D’AFFECTION

Lors des entraînements d’obéissance, les signes d’affection (caresses – ton joyeux) ne suffisent pas. Les maîtres ont tendances à confondre affection et récompense. A la fin d’un exercice récompensez-le convenablement par un biscuit.

Renforcement positif

Les fonctions d’obéissance doivent être une expression de communication positive.

L’entraînement ne doit pas être considéré comme une punition. Pour cela, le langage d’obéissance doit être positif, joyeux, bien enseigné et bien reçu. Les outils dont vous aurez besoin : nourriture, voix joyeuse, visage souriant, patience et envie d’enseigner.

La plupart des chiens sont motivés par la nourriture. Le secret est d’obtenir un maximum de résultat contre une seule récompense. Commencez par donner un petit bout de biscuit contre chaque activité réussie. Toujours utiliser un langage qu’il comprend « bon chien »,

« bien »… Après un mois d’exercices et d’activités, lorsque votre chien s’habitue au processus d’entraînement, diminuez la fréquence des récompenses.

Vous allez parfois devoir utiliser la nourriture pour lui faire faire un exercice ou le mettre dans une certaine position. Cela va vous aider à le manipuler.

Vous pouvez diminuer les récompenses du type biscuits ou friandises mais pas celles que vous lui apportez vocalement. Ne vous attendez pas à ce que votre chien agisse positivement si vous ne le félicitez plus. Il risquerait même d’agir négativement seulement pour attirer votre attention.

Les chiens sont, par-dessus tout, stimulés par votre voix, donc si vous optez pour un ton négatif, votre chien vous suivra dans ce sens.

2 - Instaurer de bonnes habitudes

Derrière toute réussite se trouve un plan. Il en est de même pour l’entraînement de votre chien: avant même de débuter les exercices, établissez un plan de travail.

Les chiens ont un temps d’attention court, récompensez votre chien 4-5 secondes après un exercice est parfois trop tard et votre chien n’établira pas forcement de lien entre la récompense et son exercice.

Le point essentiel à retenir est qu'il ne s'agit pas d'une épreuve de force. Plus vous tirez sur la laisse, plus le chien va prendre appui sur le collier et tirer. La laisse et le collier ne servent pas à suspendre le chien à la main, mais sont des courroies de transmissions des que l'homme donne au chien.

Quand vous tirez sur la laisse, faites-le brièvement et relâchez-la immédiatement. Répétez l'opération si le chien n'obtempère pas. Enfin, rappelez-vous que votre chien ne vient pas au monde en sachant marcher en laisse et que, surtout, la rue est pleine de bonnes odeurs qu'il souhaiterait flairer; pour qu'il vous suive au pied, soyez plus attractif que ces odeurs, parlez-lui!

Surtout n'oubliez pas, félicitez toujours votre chien (par la voix) lorsqu'il fait bien l'exercice demandé, n'oubliez pas de lui parler pour garder son attention, ayez son attention avant chaque exercice et surtout gardez la laisse détendue.

Lors des activités d’apprentissage, ne lui criez jamais dessus, évitez toute remontrance, cela ne servirait qu’à l’intimider et briser la confiance qu’il a en vous. Des punitions violentes ou toutes formes abusives rendront votre chien agressif envers vous.

N’entraînez pas votre chien lorsque vous êtes de mauvaise humeur. Des émotions négatives rendront tout entraînement négatif pour votre chien. N’entraînez pas votre chien lorsque vous êtes en colère ou pressé.

Entraînez votre chien lorsque vous êtes disponible physiquement et mentalement.

Eteignez la télé, le téléphone, demandez à votre famille de ne pas vous déranger et concentrez-vous pendant tout le temps des activités.

Les chiens finissent par apprendre à force de leur faire répéter les activités. Lors de votre processus d’apprentissage, créez un but constant et répétitif. Une fois que votre chien aura compris ce concept, cela deviendra plus facile pour lui. Néanmoins, ne reproduisez pas le même exercice durant toute la séance d’apprentissage, diversifiez les activités.

Ne relâchez pas tout de suite votre chien dès que l’entraînement est terminé et évitez de trop le récompenser et caresser. Favorisez une petite récompense après chaque activité plutôt que trop à la fin.

Toujours achever un entraînement d’obéissance par une note positive. Même si la séance ne s’est pas bien passée, demandez-lui de s’asseoir et caressez-le rapidement.

3 - Apprentissage et obéissance des commandes

L’apprentissage et l’obéissance des commandes comprennent 4 phases : apprendre, renforcer, tester et appliquer.

La phase d’apprentissage a pour but d’enseigner à votre chien la signification de chaque commandement. Vous devez aider votre chien à s’asseoir en répétant la commande « assis » plusieurs fois pour qu’il assimile le mot avec l’action.

Enseigner ne pourra avoir lieu qu’une seule fois dans la vie de votre chien mais vous pourrez renforcer son apprentissage tout au long de sa vie. Vous n’aurez donc qu’une seule chance pour lui apporter un bon enseignement. Ne commencez pas la 2ème phase de renforcement tant que votre chien n’a pas complètement intégré toutes les commandes. 

 

Lors de la phase de renforcement, les récompenses avec de la nourriture doivent être diminuées pour laisser place aux félicitations verbales. Motiver votre chien est essentiel durant cette phase pour lui assurer une expérience positive.

La phase des tests comporte des exercices spécifiques afin de déterminer si votre chien a bien compris le sens de telle ou telle commande.

Lors de la phase d’application, vous allez devoir utiliser les commandes d’obéissance tous les jours pour familiariser votre chien à votre environnement.

Voici une liste des commandes que vous devrez enseigner à votre chien et noter sur une feuille : marcher à vos talons, assis, stop, couché, au pied, ne pas bouger. Tiquer chaque commande dès que votre chien l’a parfaitement bien intégré.

Le « non » correctif

Bien définir le “oui” et le “non”. Pour lui enseigner ce qui n’est pas bien dites « non ». Si vous le félicitez sans lui dire « non », il ne développera pas un sens du bien et du mal. Le « non » est un outil indispensable dans le langage d’obéissance; « non » signifie pour votre chien « arrête de faire ce que tu fais, c’est mal, je vais te dire ce qu’il faut faire »

Le “non” fait partie de la phase renforcement dans l’apprentissage de l’obéissance. Pour lui enseigner le non, donnez-lui une petite tapette en donnant un petit coup sur la laisse tout en disant « non ». Et redirigez-le vers la bonne voie positivement.

Gardez une voix constante, pas d’émotions négatives, de frustration ou de colère. De même quand vous tirez un petit coup sur la laisse, votre chien ne doit pas se sentir brusqué ou réprimandé. Le « Non » n’est pas une punition mais juste une diversion.

Au début, utilisez le « non » correctif que dans le contexte de l’apprentissage, et soyez sûr que votre chien comprend bien la signification de ce mot avant de l’employer dans la vie de tous les jours.

La marche en laisse

La laisse et le collier. Il s'agit d'une des grandes difficultés rencontrée par les citadins qui doivent en permanence tenir leur chien en laisse.

Pourtant, il suffit de 20 à 30 minutes à n'importe quel chien pour apprendre à marcher en

laisse. La laisse doit mesurer de 90 à 100 cm.

Le collier le plus efficace, surtout durant la phase d'apprentissage, est une simple chaîne à gros maillons comportant à chaque extrémité un anneau rond de fort diamètre.

Au moment de le mettre en place, vous faites passer la chaîne par un des deux anneaux terminaux pour réaliser un collier coulissant qui permettra de transmettre des informations au chien, par de simples et brèves tractions.

Croiser un chien. Dès que vous apercevez de loin une situation qui peut poser un problème, évitez de tendre la laisse, geste qui met le chien en alerte. Au contraire, garder la laisse souple et parlez au chien, pour le submerger d'informations. Eventuellement, faites-lui exécuter quelques ordres : "assis" ou "couché".

La propreté dans la rue: profitez de la promenade en laisse pour lui apprendre la propreté dans la rue. Lorsque le chien désire se soulager, il ralentit, flaire, commence à s'accroupir.

Faites-le descendre calmement dans le caniveau et félicitez-le de la voix une fois dans la bonne posture, au bon endroit. Après ses besoins, caressez-le.

La marche au talon

• Lui apprendre à marcher au talon

C’est la première commande à enseigner à votre chien. Le point essentiel à retenir est qu'il ne s'agit pas d'une épreuve de force. Plus vous tirez sur la laisse, plus le chien va prendre appui sur le collier et tirer. La laisse et le collier ne servent pas à suspendre le chien à la main, mais sont des courroies de transmissions des indications que l'homme donne au chien.

Tenez votre chien avec votre main gauche et faites-lui faire des cercles vers la gauche.

Commencez cet exercice doucement et assurez-vous que votre chien maintient une bonne position. Votre cercle doit faire environ 2-3 mètres de diamètre. Les chiens difficiles à contrôler auront besoin d’un plus petit cercle.

Assurez-vous ne pas avoir le tournis, si c’est le cas ralentissez. Lors d’une séance, répétez une série de 3 à 5 cercles 7 fois. Si votre chien veut sortir du cercle, utilisez la laisse pour le rediriger.

Quand vous tirez sur la laisse, faites-le brièvement et relâchez-la immédiatement. Répétez l'opération si le chien n'obtempère pas. Enfin, rappelez-vous que votre chien ne vient pas au monde en sachant marcher en laisse et que, lors de vos ballades, la rue est pleine de bonnes odeurs qu'il souhaiterait flairer; pour qu'il vous suive au pied, soyez plus attractif

qu'elles, parlez-lui !

Le bon déroulement de la marche: fixez au départ de quel côté marchera le chien. L'usage veut que les droitiers fassent marcher leur chien à gauche et les gauchers à droite. Dès que la marche commence, cherchez à attirer l'attention du chien en lui parlant, en chantonnant. Très vite, le jeune chien cherche à passer en avant de votre jambe. La réaction doit alors être immédiate : tirez sèchement sur la laisse, accompagnez votre geste de l'ordre "au pied" prononcé durement.

Le chien se retrouve alors à la hauteur de votre jambe, caressez-le chaleureusement.

Veillez à soutenir en permanence l'attention du chien et particulièrement à l'approche de moments délicats comme un changement de direction, la vue d'un passant ou d'un autre chien.

• Comment renforcer la commande de la marche au talon ?

Commencez à marcher doucement avec votre chien à vos talons. Tant que votre chien marche à côté de vous félicitez-le. Si votre chien s’éloigne claquez des doigts ou faites un bruit avec votre bouche de manière à captiver son attention avec un « non » et redirigez-le.

N’utilisez pas la laisse pour contrôler les mouvements de votre chien.

• Tester la commande de la marche au talon

Test 1 : Changer de chemin.

C’est le moyen le plus facile pour tester votre chien. Marchez avec votre chien et sans le lui signaler changer d’allure. Il devrait s’adapter à votre pas immédiatement et probablement vous regarder.

Test 2: Changer de direction.

Si votre chien marche devant vous, faites un pas avec votre pied gauche et pivotez complètement de manière à tourner le dos à votre chien. Si votre chien tourne avec vous félicitez-le, sinon, corrigez-le avec un « non » et redirigez-le. Ne tirez pas sur la laisse et soyez sûr qu’il tourne tout seul.

La position “Assis”

• Lui apprendre la position “Assis”

Lorsque votre chien est en position assise, sa tête en l’air et son postérieur sur le sol, il est alerte et est assis en attendant sa prochaine commande. Lisez et comprenez toutes les étapes avant de lui apprendre le « assis ».

Tenez votre chien en laisse et agenouillez-vous devant lui. Placez votre main sur le bassin de votre chien puis tirez légèrement sur la laisse en prononçant son nom suivi du mot « assis ». Par exemple « Milou, assis ». En exerçant une petite pression sur son bassin, votre chien devinera qu’il doit s’asseoir. Il est important de garder un contact visuel avec votre chien durant cet exercice. Dès qu’il réussit une première fois, empressez-vous de le féliciter.

Une fois qu'il a accompli cet exercice à plusieurs reprises, recommencez en demeurant debout et sans lui toucher le bassin. Puis sans le tenir en laisse. Votre chien apprendra graduellement à s’asseoir, peu importe qu’il soit tenu en laisse ou non. . En plaçant le chiot dans cette position, dites “Assis.” Quand le chient l’est, répétez joyeusement "Assis” et caressez-le.

Faites attention, certains chiens n’apprécient pas qu’on les touche à certains endroits sensibles. Pour éviter toute agression, désensibiliser votre chien (voir chap. F).

Au fil du temps, au cours des sessions d’apprentissage, votre chien s’assiéra avant même que vous lui demandiez. Félicitez-le. Vous devriez lui apprendre la position « assis » en deux semaines. Si votre chien ne s’assoit pas chaque fois que vous le lui demandez, utilisez le « non » correctif.

• Tester la commande “Assis” 

 

Combinez la commande de la marche avec celle “Assis”: lorsque votre chien sera en mouvement à vos talons, demandez-lui de s’asseoir. S’il s’assoit, félicitez-le puis continuez à marcher jusqu'à ce que vous atteigniez la limite de votre laisse. Il doit rester assis. Votre chien doit réagir et s’asseoir en moins de 2 secondes.

La position “Couché”

• Lui apprendre la position “Couché”

Avant de lui apprendre à se coucher, votre chien doit s’asseoir à votre commande 19 fois sur 20. Il est grandement déconseillé de lui enseigner avant d’avoir obtenu ces résultats, car pour le chien, se coucher sera la seconde étape d’une leçon apprise. Pour lui montrer, agenouillez-vous devant lui puis demandez-lui de s’asseoir. Une fois qu’il est assis, dites « couché » en lui prenant les pattes de devant et en les tirant tranquillement vers le sol.

Encore une fois, le contact visuel avec votre chien est primordial. Il doit avoir confiance en vous, son maître, pour abandonner son équilibre. Cet exercice est particulièrement difficile, mais vous devez ne le féliciter que s’il y réussit convenablement. C’est de loin l’exercice qui vous demandera de plus de temps.

Une fois que votre chien est plus à l’aise avec la commande « couché », augmentez la durée où votre chien doit rester couché. Préparez 3 morceaux de biscuits dans votre main droite et donnez-lui un morceau toutes les 3 secondes en lui répétant « couché bon chien ».

Au fil du temps, au cours des sessions d’apprentissage, votre chien se couchera avant même que vous lui demandiez. Félicitez-le. Vous devriez lui apprendre la position couchée en deux semaines. Si votre chien ne se couche pas chaque fois que vous le lui demandez, introduisez le « non » correctif.

Après 2 semaines d’enseignement sur le « couché » et 1 semaine de renforcement à travers différentes activités, votre chien devrait parfaitement vous obéir lorsque vous lui demandez de se coucher. Assurez-vous de toujours maintenir une voix neutre lorsque vous demandez à votre chien de se coucher.

• Tester la commande “Couché”

Il est plus difficile de combiner la commande « couché » avec celle de la marche.

Commencez votre marche avec votre chien à vos talons. Ralentissez pour que votre chien devine que vous allez peut-être vous arrêter, ordonnez-lui de se coucher. Une fois qu’il est couché, félicitez-le et faites comme si vous repartiez. Si votre chien ne reste pas couché, corrigez-le d’un « non ».

La position “Reste”

• Lui apprendre la position “Reste”

C’est la position où votre chien va devoir être le plus patient et concentré, et contrôler ses impulsions. 

 

« Reste » est de loin l’ordre le plus difficile à respecter pour votre chien, car il va à l’encontre de tous ses instincts. C’est pourquoi il vous faudra vous assurer que votre chien a bien appris les leçons précédentes avant de vous lancer dans celle-ci. Ce n’est pas tellement une question d’étape, mais plutôt une question d’obéissance.

Pour ce faire, demandez à votre chien de s’asseoir. Une fois cela fait, pointez du doigt enlui ordonnant : « reste ». Puis, tournez autour de lui. S’il se lève pour vous suivre, revenez vous placer devant lui et recommencez. Une fois que vous pouvez tourner autour de lui sans qu’il se lève, essayez de vous éloigner sans le regarder. Si vous l’entendez se lever, répétez « reste » et votre chien s’assoira peut-être de lui-même. Si ce n’est pas le cas, revenez vers lui et recommencez. Si vous êtes capable de vous éloigner de votre chien

d’une dizaine de pas sans qu’il se lève pour suivre, félicitez-le chaleureusement!

Si votre chien a quelques difficultés pour rester concentré lors de ces exercices, tenez une récompense à quelques centimètres de son museau. Si votre chien essaie de sauter pour prendre la récompense, empêchez-le en le retenant avec sa laisse et attendez qu’il se rassoit et se relaxe, puis félicitez-le. Relâchez un peu sa laisse et attendez quelques secondes avant de lui donner son biscuit. La plupart des chiens cesseront de rester assis après avoir reçu leur récompense.

Pour que votre chien reste plus longtemps à vos côtés sans bouger, il va falloir un peu plus de patience. Faites asseoir votre chien sur votre gauche, éloignez-vous sur le côté de 2 ou 3 pas. Attendez 2 ou 3 secondes puis retournez à ses côtés. Encouragez-le avec un « bon chien assis ». Répétez cet exercice en augmentant petit à petit la durée, la distance

et la direction.

Lors de ces exercices ne lâchez pas la laisse, et retournez toujours auprès de votre chien resté assis pour lui faire comprendre que l’exercice est fini. Votre chien ne doit pas anticiper par lui-même la fin de l’exercice, c’est à vous seul de la lui signaler.

Une fois que votre chien réussi à rester en place assis, faites le même exercice avec le « couché ».

Pour renforcer la position de “reste”, une fois que vous avez bien enseigné à votre chien le concept de rester en place selon la distance la durée et la position, introduisez le « non » correctif.

Votre chien devrait pouvoir rester 20 à 30 secondes dans sa position assise. S’il bouge, corrigez-le avec un “non” et redirigez-le. Répétez ces exercices jusqu'à ce votre chien reste assis suffisamment longtemps. Récompensez-le et faites-lui comprendre que les exercices sont finis avant de le relâcher.

• Tester la commande “Reste”

Relâcher la tension de la laisse et ordonnez à votre chien de s’asseoir. Reculez de quelques pas avec la laisse dans la main en émettant une faible tension. Félicitez votre chien avec un « assis, bon chien ». Si votre chien se relève, corrigez-le avec un « non » et redirigez-le puis recommencez l’exercice. Ne tirez pas la laisse d’un mouvement brusque mais faiblement pendant 3-4 secondes.

Il est important de libérer votre chien après chaque exercice.

La commande “Viens”

• Lui apprendre la commande “Viens”

Une des premières leçons que votre chien doit apprendre, c’est de venir quand vous l’appeler. De cette leçon dépendent toutes les autres. Il s’agit d’une simple question d’obéissance. Si votre chien refuse de venir vous voir, vous aurez bien du mal à lui apprendre tout le reste. Votre chien viendra si votre relation est positive et équilibrée.

Installez-vous dans une pièce fermée et laissez votre chien s'y promener sans vous en occuper. Une fois que ce dernier semble être à l’aise, appelez-le en prononçant son nom suivi du mot « viens ». Par exemple « Milou, viens ». S’il ne vient pas, il est essentiel de continuer à l’appeler. Au moment où il arrive, félicitez-le en le caressant comme s’il s’agissait de la première fois que vous l’appeliez. N’oubliez pas que votre chien n’a pas une mémoire très longue. Ainsi, si vous le félicitez d’être venu, il associera votre ordre aux caresses, peu importe qu’il s’agisse de la troisième ou de la 23e fois que vous l’appelez.

Une fois réussie vous devez vous éloigner de lui et recommencer. Ne restez pas dans le même coin de la pièce, car votre chien pourrait associer l'endroit aux caresses plutôt que sa réaction à un ordre donné.

Avec un chiot, vous devez commencer à l'habituer à revenir à l'appel de son nom dès son arrivée à la maison.

Attention. Dans cet apprentissage, votre attitude est primordiale : soyez toujours très joyeux dans votre rappel. Ne criez pas. Accroupissez-vous. Tapez dans vos mains. Ce n'est pas un ordre que vous donnez mais c'est une invitation à revenir au pied pour recevoir des caresses, des récompenses ou son jouet préféré.

Le maître mot est "donner l'envie de revenir" et l'envie ne peut pas s'obtenir par la force et la contrainte. Votre chiot ne devra pas associer le rappel au pied à quelque chose de désagréable, de négatif comme : c'est la fin de la promenade ou si je reviens, on va me gronder.

Il faut que cet ordre de rappel représente quelques choses de positif : si je reviens, j'aurai des caresses ou des petits gâteaux (à utiliser avec modération) ou des jouets.

Si malgré cela votre chiot est un peu distrait, ne faites pas les gros yeux, n'élevez pas la voix. Si vous n'arrivez pas à capter son attention avec vos mimiques, vos friandises, sa balle préférée, alors partez rapidement dans le sens opposé en le rappelant "Milou, au pied" ou allez vous cacher. Tout aventurier qu'il est, je peux vous assurer que votre explorateur n'aimera pas rester longtemps seul. Ce préapprentissage du rappel est primordial ! 

 

Avec un chien adulte, l'apprentissage du rappel est un exercice qui cause souvent beaucoup de difficultés. Pourtant, c'est un exercice que le chien doit posséder parfaitement pour sa sécurité et celle de son maître.

Quoi de plus désagréable et dangereux qu'un chien qui ne revient pas à l'appel de son nom ! Une promenade avec son chien est une source de plaisir... qui peut se transformer en véritable cauchemar lorsque votre chien se met à courir après un vélo ou une voiture, qu'il se met à la poursuite d'un lièvre, qu'il course les vaches... et que vous vous époumonez en vain pour le rappeler. Il est vrai qu'avec la distance, l'autorité du maître décroît très rapidement ! Il est aussi vrai qu'un chien n'a aucune chance d'obéir lorsqu'il est loin de son maître... si son maître n'arrive pas à se faire obéir et respecter quand son

chien est à ses pieds !

Le rappel

Le rappel n’est donc que le "simple" prolongement de l'exercice de la marche au pied.

Pendant cet exercice nous avons répété, répété et encore répété "Au Pied, c'est bien, Au Pied,...". Si l'exercice de la marche au pied est acquis, il sait maintenant parfaitement le sens de l'expression "Au Pied".

Pour obtenir un beau rappel, net, rapide, rien de tel que la longe (grande laisse). Comme pour la suite en laisse, nous allons mêler le plaisir (quand le chien est au pied) à l'autorité

(quand le chien hésite à revenir).

Le principe : vous allez vous promener. Le chien a son collier et la longe que vous pouvez laisser traîner par terre. Lorsque votre chien décide de partir à l'aventure un peu trop loin ou trop rapidement, vous saisissez alors la longe et au moment où la longe se tend, vous rappelez "Milou, au pied" !

Deux possibilités : soit il fait demi-tour et revient vers vous, et vous lui faites la fête lorsqu'il est revenu correctement à votre pied. Soit il tarde à obéir et continue de l'avant : infligez avec la longe une saccade en arrière, saccade d'autant plus forte que votre élève fait la sourde oreille.

Lorsque votre chien revient vers vous, encouragez-le de la voix, frappez dans vos mains ou même accroupissez-vous dans une attitude accueillante. Le but est que votre chien revienne le plus rapidement possible vers vous.

Votre chien reviendra rapidement et joyeusement à vous parce qu'il respecte son maître mais surtout parce que son retour au pied est synonyme de plaisir, de caresses, de flatteries, de récompenses. Il est donc essentiel de ne pas associer l'ordre de rappel à une punition.

Pendant la période d'apprentissage au rappel, ne sortez pas votre chien sans sa longe.

Comme pour la marche en laisse, vous avez à répéter, et répéter, et répéter (etc.) cet exercice jusqu'à ce que le rappel avec la longe soit parfait. Variez les distances et les circonstances de rappel : vous rappelez une fois à 1 mètre, une autre fois à 3 mètres lorsqu'il a le nez au sol,... 

 

Quelques erreurs à éviter

Arrêter trop vite les séances de rappel avec la longe. Lors des premières leçons, ne laissez jamais partir votre chien sans longe. Vous devez pouvoir intervenir immédiatement sur votre chien dès que celui ci tente de se sauver. Votre chien doit être toujours sous votre contrôle.

Lors de l'apprentissage à la longe, ne jamais alterner les promenades en longe ("sous contrôle") et les promenades en liberté totale. Votre chien comprendrait alors trop facilement qu’avec la longe, il doit être docile et respectueux des commandements; sans la longe, c'est la liberté absolue.

A ne pas faire: poursuivre un chien qui tarde à venir vers vous. A ce moment, le rappel devient un jeu pour votre chien qui ne se laissera rattraper que lorsqu'il sera épuisé... sauf si vous vous essoufflez avant lui.

Ne punissez jamais un chien qui aura tardé un peu ou beaucoup à revenir au pied.

Lorsqu'il est revenu à côté de vous, rappelez-vous que vous devez le féliciter... même si cela fait 15 minutes que vous vous égosillez pour le faire revenir. Je sais que cela n'est pas toujours facile mais un bon éducateur doit pouvoir maîtriser ses nerfs.

Il est important de commencer l'apprentissage au rappel le plus tôt possible en sachant qu'un chiot n'aime pas se retrouver seul ou avoir l'impression d'être perdu.

Avec un chien adulte dominant, il sera peut-être nécessaire de revenir de temps en temps aux exercices de bases : marche en laisse rigoureuse, assis, couché. Une marche en laisse rigoureusement faite avec obligation de s'arrêter aux arrêts, de rester constamment à votre hauteur, va renforcer votre autorité sur lui et améliorera votre rappel.

Vous pouvez renforcer la fonction “viens” lorsque votre chien est assis ou debout (gardez la laisse dans la main gauche). Eloignez-vous de quelques mètres et marchez autour de votre chien, arrêtez-vous, mettez-vous en face et demandez-lui de venir (soit verbalement soit en lui faisant un signe de main). Récompensez-le oralement ou avec de la nourriture si votre chien vient. S’il ne répond pas à votre demande, corrigez-le avec un « non » et

demandez-lui de venir à nouveau.

Ne trichez pas en donnant à votre chien un petit coup de laisse en même temps que vous l’appelez. Soyez sûr qu’il vous obéit de son plein gré. Si votre chien anticipe la fonction, repositionnez-le et recommencez.

Soyez sûr d’utiliser le mot “viens” à bon escient. Ne l’associez pas à un « viens » informel autrement votre chien risquerait de vous ignorer à force de vous entendre l’utiliser pour tout et rien. Souvent, vous allez utiliser la fonction « viens » pour : le faire sortir de son panier, lui demander de rentrer à la maison s’il est dehors… faites attention.

Exercices de distraction

Lors de vos séances d’apprentissage, vous allez devoir distraire votre chien tout en restant “en contrôle”. Les distractions peuvent être des choses : aliments, chats, jouets…  ou des situations : trafic, orage, vétérinaire…. Ces éléments distrairont votre chien de son « bon » comportement quotidien. Ainsi, votre chien comprendra qu’il ne suffit pas d’obéir seulement dans « son environnement » mais partout, dans la vie de tous les jours. Faites une liste d’endroits, de situations et de choses par lesquels votre chien serait susceptible d’être diverti.

Commencez les entraînements de distraction. Par exemple si votre chien devient agité lorsque quelqu’un frappe à la porte. Distrayez-le facilement avec un jouet ou un biscuit.

Une fois que votre chien s’est calmé, augmentez le niveau des distractions.

Par exemple, lorsque la sonnette de chez vous retentit, faites en sorte que votre chien soit assis à côté de vous dans une autre pièce. Faites cet exercice jusqu'à ce qu’il se contrôle et rapprochez-vous de la porte petit à petit.

Certains chiens ont beaucoup de difficulté avec les entraînements de distraction. Vous pouvez transformer ces séances en jeu en récompensant votre chien à chaque réussite.

Une fois que votre chien montre un minimum de contrôle de soi, récompensez-le tous les 3 exercices réussis et diminuez au fur et à mesure sur plusieurs mois tout en le félicitant oralement bien sûr. L’objectif étant de rendre cet entraînement amusant mais effectif.

Autre exercice: placez un objet sur le sol. Ordonnez à votre chien de vous suivre et passez à côté de l’objet puis autour. Ce sera plus facile pour votre chien si vous vous placez entre l’objet et lui. Si votre chien est distrait et porte de l’intérêt à l’objet, redirigez-le avec un « non » correctif. S’il ignore l’objet, félicitez-le et reproduisez l’exercice avec divers objets.

Une fois que votre chien réussit à se contrôler avec des objets, vous allez pouvoir introduire les objets qui bougent. Les chiens portent un grand intérêt aux objets en mouvement.

Commencez par faire asseoir votre chien à votre gauche. Prenez un objet avec votre main droite et lancez-le en l’air. Après chaque lancé, si votre chien n’a pas bougé, félicitez-le.

Autrement, recommencez l’exercice en utilisant le « non » correctif jusqu'à ce que votre chien ne bouge plus pour au moins 3 lancers à la suite. Une fois que l’exercice est terminé, signalez-le à votre chien pour qu’il puisse se reposer. Faites le même exercice en couchant votre chien.

Ensuite, faites exactement le même exercice en jetant un objet au sol avec votre chien assis à vos côtés, puis couché. Enfin, fait rouler l’objet devant lui. Arrivé à ce stade, votre chien devrait être capable d’ignorer l’objet. Petit à petit, diminuez la distance entre l’objet et votre chien et la direction.

Assurez-vous de garder une voix calme tout au long de l’exercice pour ne pas l’exciter.

Une fois que votre chien n’est plus distrait chez vous, recommencez les exercices dans un autre environnement, d’autres pièces… Votre chien est peut-être habitué aux entraînements à l’intérieur de chez vous et non à l’extérieur. Tachez d’effectuer vos activités dans des environnements différents, ainsi votre chien apprendra et vous obéira quel que soit l’endroit.

Promener son chien sans laisse

Se promener avec son chien sans la contrainte de la laisse est le souhait de nombreux maîtres. Mais beaucoup craignent de lâcher leur animal par peur qu’il se perde. Sachezque ce n’est pas en criant son nom qu’il comprendra et qu’il reviendra. Lorsque vous appelez votre chien, il ne va pas s’identifier à son nom mais plutôt au son et à l’intonation de votre voix.

La première fois que vous tentez l’expérience, faites-le dans un endroit éloigné de la route, sur la plage ou en pleine campagne. Vous pouvez alors détacher votre chien et le laisser courir quelques temps.

Lorsque vous souhaitez le rappeler, accroupissez-vous et appelez-le. S’il ne vient pas tout de suite, insistez, mais toujours calmement. Félicitez-le en le caressant et ne lui remettez surtout pas la laisse immédiatement, car il associera le rappel à cette dernière. Laissez-le repartir.

Sachez également que même si votre chien prend son temps avant de revenir vers vous, il est inutile de vous fâcher et d’utiliser la violence, car il associera son retour à un événement désagréable.

Enfin, si votre animal ne revient pas, parce qu’il est en plein jeu avec un autre chien par exemple, ne persistez pas à l’appeler mais dirigez-vous vers lui, calmement. Il viendra alors naturellement vers vous. Félicitez-le avant de lui remettre sa laisse.

Commencez par des exercices à l’intérieur de chez vous. Le secret de la réussite de la marche sans laisse va dépendre du fondement de votre apprentissage d’obéissance.

Attention : la loi n° 83.629 du 12 juillet 1983 dis pose que dans les lieux publics ou ouverts au public, les chiens doivent être tenus en laisse.

Plan d’entraînement en 10 semaines

Pour un entraînement d’apprentissage réussi, voilà le plan à suivre :

Entraînez votre chien 3 fois par semaine, 20 minutes par activité. Laissez-le se reposer au moins une heure entre chaque activité. Il devrait y avoir au total 30 activités dans une période de 2 semaines.

Enseigner peut parfois être stressant, surtout au début lorsque le concept est nouveau.

Certains chiens sont plus stressés de nature que d’autres. Parfois, ils refuseront de manger lors des premiers jours d’apprentissage. Si c’est le cas, commencez doucement et répétez les mêmes exercices pour que votre chien les réussisse, se détende et accepte de manger à nouveau.